Adam dans le Coran - Maurice Gloton - Al Bouraq agrandir

Adam dans le Coran - Maurice Gloton - Al Bouraq

Nouveau produit

 

19,00 € tax incl.

1 Article

Plus d'infos

Héritage Spirituel - Adam dans le Coran

L'Auteur présente, ici, un exposé sur Adam : son origine divine, son évolution dans les Paradis, sa chute et sa réhabilitation.

Il étudie aussi le cas de sa Conjointe qui n'est jamais nommée dans le Coran et qu'on assimile souvent à Eve. Il commente, par ailleurs, le cas des anges, des djinns et de Satan le Séducteur.

La clarté de l'exposé, s'appuyant sur l'étymologie des termes coraniques employés nous conduit à une lecture et une compréhension nouvelles, approfondies et souvent surprenantes de ces termes.

En résumé, c'est une étude qui pourrait changer la vision souvent portée sur ces thèmes.

 Extrait du livre :

" Ces premiers lexicographes se sont aussi servis des mêmes permutations possibles d’une racine trilitère, mais présentant seulement deux radicales identiques et une autre différente pour trouver des significations voisines en cousinage au deuxième degré. Par exemple, les racines K F R et G F R – qui comportent deux radicales identiques – F et R prennent les significations principales de couvrir, recouvrir, enfouir. De plus, les deux autres lettres K et G présentent un autre cousinage du fait de leur articulation voisine dans l’appareil phonatoire.

Les lexicographes qui s’occupent du Qur’ân font une différence entre les deux mots lisân et luga. Le premier terme, qui est coranique, exprime la langue révélée, intangible, fixée une fois pour toutes. L’autre mot « luga » est le langage qui se modifie à travers les âges et est en perpétuelle évolution. Ce dernier terme n’est pas coranique, mais sa racine L G W se trouve onze fois dans le texte sacré avec les sens suivants : tenir des propos futiles, vains, vociférer, bavarder, faire des fautes en parlant.

Il est à souligner que, dans le Qur’ân, les vocables utilisés ne font pas l’objet de définition, et pour prouver leurs significations propres et éventuellement polyvalentes, il faut considérer la place qu’ils occupent dans les versets où ils se présentent, et au sens de leur étymologie selon la définition qu’en donnent les lexicographes qui s’en sont occupés, avec toutes les difficultés que nous venons de soulever.

La langue du Qur’ân, essentiellement concrète, permet d’avoir recours, de nombreuses fois, à la racine obvie d’un mot pour faire le lien avec une réalité plus riche de sens.

Prenons l’exemple de la racine S R K dont le sens premier est : avoir les lacets de la chaussure cassés. Dans la résonnance spontanée intime que les arabes ont de leur langue, ce terme coranique laisse entendre une rupture de ce qui doit rester intact pour le bon usage pratique. Le sirk, mot de même racine, ou l’association à Allah d’autres divinités, revient à adorer plusieurs divinités et à exclure l’adoration due exclusivement à Allah, et à couper ainsi le lien subtil qui ne cesse d’exister entre Allah et Ses créatures. Pour ces raisons, nous pouvons traduire le vocable en question (sirk) par des néologismes : codéificateur, pour le nom, et codéifier, pour le verbe.

Dans le texte de la révélation, nombre de mots issus d’une même racine prennent des significations polyvalentes en fonction du contexte où ils se  trouvent. Pour illustrer ce point important, prenons le mot « ard », qui n’a pas de racine verbale et qui est traduit dans les lexiques bilingues par terre,..."

Avis

No customer comments for the moment.

Donnez votre avis

Adam dans le Coran - Maurice Gloton - Al Bouraq

Adam dans le Coran - Maurice Gloton - Al Bouraq

 

Donnez votre avis

30 other products in the same category:

Histoires / Biographies

Promotions