Sahih Muslim 10 tomes avec le Commentaire de l'imam An Nawawi - DKI agrandir

Sahih Muslim 10 tomes avec le Commentaire de l'imam An Nawawi Arabe/Français - DKI

Nouveau produit

220,00 € tax incl.

Ce produit n'est plus en stock

Plus d'infos

La Librairie le Savoir propose le Sahih Muslim en 10 tomes avec le Commentaire de l'imam An Nawawi et édité par DKI.

Notice biographique sur l’imam Muslim

          Son origine :

            Il s’agit de l’autorité éminente de la tradition, l’imam Abu al-Husayn Muslim ibn al-Hajjâj ibn Muslim al-Qusayrî, de la tribu arabe des Qusayr, al-Nîsâbûrî, ethnique qui renvoie à son pays d’origine Nichâpur. Sa date de naissance est présumée en 204 ou 206 de l’hégire. Nichâpur, qui se trouvait dans la Khorasan, dans le nord-est de l’Iran actuel, était un centre important de rayonnement du savoir à l’époque ; il n’y a qu’à voir le nombre des ulémas qui portent l’ethnique Nîsâbûrî pour s’en rendre compte. Aussi la naissance de Muslim dans cet environnement favorisa son devenir de grand traditionniste en plus de son intelligence aigüe qui le promettait à la carrière d’homme de science qu’il fut par la suite. Ainsi, il commença très tôt à étudier les sciences islamiques en pleine effervescence alors. Déjà à l’âge de douze ou quatorze ans, il commença à recueillir le hadith par audition, de la bouche de son maître Yahyâ ibn Yahyâ al-Tamîmî. Il travailla ensuit comme marchand d’étoffes. On dit que son père faisait partie de la masyakha, c’est-à-dire qu’il s’intéressait au savoir. Ce qui aurait contribué également à stimuler son intérêt pour la science. Il partit en pèlerinage vers 220h. , où il entendit le hadith d’un certain groupe de traditionnistes, puis revint dans sa ville natale, Nichâpur, mais ne tarda pas à entreprendre ses grands voyages d’études et de collecte du hadith.

        Ses voyages

         Les traditionnistes étaient connus par leurs grands voyages dans les premiers siècles de l’Islam. Parce que les sources des traditions dont ils étaient en quête, étaient dispersées à travers les territoires islamiques largement étendus, mais aussi et surtout car leur mise par écrit était encore à ses débuts. D’ailleurs, Muslim est l’un des noms qui ont marqué ce passage de la tradition orale à l’écrit. D’où ses nombreux et grands voyages.

  Son premier voyage, avons-nous signalé, l’emmena en pèlerinage en 220h. , alors qu’il était encore imberbe. C’est là qu’il fit la rencontre de son maître Abdullah ibn Msslama al-Qunbuî, soit à la Mecque où il recueillit la tradition de sa bouche. Sur son chemin, il entendit à Koufa, de ‘Ahmad ibn Yûnus et d’un groupe de traditionnistes, puis rentra au pays. Ce premier voyage ne fut pas long.

  Son deuxième voyage en quête du hadith commença avant l’an 230h. , et ce fut la véritable ruée vers la notoriété et l’autorité en la matière qui s’acheva par son retour au bercail. Lors de cette tournée, il visita les environs de son pays, le Khorasan où il entendit, entre autres, de Yahyâ ibn Yahyâ et de Ishâq ibn Râhawayh ; le Rayy où il entendit de Muhammad ibn Mahrân et Abu ghassân ; l’Irak (Bagdad, Koufa et Bassora) où il entendit D’ibn Hanbal et de Abdullah ibn Maslama, sa dernière visite en Irak date de 259h. , le Hedjaz (La Mecque et Médine) où il entendit de sa’îd ibn Mansûr et Abu Mus’ab ; l’Egypte où il entendit de Amr ibn Sawâd et Harmala ibn Yahyâ ; la Syrie, selon al-Khatîb et ibn Asâkir quoique al-dahabî l’infirme, il entendit d’un seul homme de Damas qu’il aurait rencontré à ma Mecque lors de son pèlerinage.

         Ses maîtres

 Il recueillit le hadith par audition de la bouche de Qutayba ibn Sa’îd, d’al-Qanabî, d’Ahmad ibn Hanbal, d’Isma’il ibn Abu Uways, de Yahyâ ibn Yahyâ, d’Abu Bakr et de ‘Uthmân, les fils d’Abu Sayba, de ‘Abdoullah ibn Asmâ, de Saybân ibn Farrûkh, de Harmala ibn Yahyâ, le disciple de Sâfi’î, de Muhammad ibn al-Mutannâ, de Muhammad ibn Mahrân, de Muhammad ibn Yahyâ ibn Abu ‘Umar, de Muhammad ibn Salama al-Murâdî, de Muhammad ibn ‘Umar, de Rabîhâ, de Muhammad ibn Rumh et de nombreux autres traditionnistes.

         Ses élèves :

Parmi ceux qui ont transmis le hadith d’après lui, il y a : Abu Îsâ al-Tirmidî, Yahyâ ibn Sâ’îd, Muhammad ibn Makhlad, Ibrâhîm ibn Muhammad ibn Sufyân, le jurisconsulte ascète et transmetteur du Sahîb de Muslim, Muhammad ibn Ishâq ibn Khuzayma, Muhammad ibn

Notice biographique sur le commentateur l’imam al-Nawawî

 

  Il s’agit de l’illustrissime imam Muhyiddîn Abu Zakariyyâ Yahyâ ibn Saraf ibn Murrî ibn Hassan ibn Husayn ibn Muhammad ibn Juma an-Nawawî, le Chaféite, grand cheikh de l’islam, maître de son époque et guide éminent pour les générations postérieures, celui qui a appelé à suivre la voie de ceux qui se consacrent à Dieu, le docteur du rite, celui qui a aplani, revu, corrigé et qui l’a ordonné.

An-Nawawî (que Dieu lui accorde Sa miséricorde) est né au cours de la première décade du mois de Muharram, en l’an 631 à Nawâ (un village de la Syrie, dans la circonscription de Damas). Il est à Damas en l’an 649 de l’hégire et a pris en charge l’enseignement à Dar al-Hadith al-Asrafiyya en l’an 665H.

Il accomplit deux fois le pèlerinage à la Mecque. Vers la fin de sa vie, il retourna dans son pays. Après avoir visité Al-Quds (Jérusalem) et al-alîl (Hébron), il revint et tomba malade chez ses parents. Il décéda au cours de la nuit du mercredi, durant les six derniers jours de mois de Rajab, en l’an 676H. , et fut enterré dans sa ville natale.

Sa jeunesse 

 Il grandit dans le village où son père avait élu domicile. Il y apprit le Coran et la théologie auprès d’un groupe de savants ; il excella dans les différentes branches de la théologie aussi bien le fiqh (jurisprudence), les textes des hadiths, les biographies de certains hommes, la langue, la grammaire, la conjugaison et autres. Il s’adonna à l’enseignement à Dar al-hadith al-Asrafiyya à Damas sans rien percevoir en contrepartie jusqu’à sa mort. Il étudia l’ouvrage at-Tanbîh en quatre mois et demi, apprit le quart d’al-Muhaddab durant le reste de l’année. Il passa environ deux années sans poser son flanc sur le sol (se coucher). Il suivait chaque jour douze leçons auprès des maîtres dans différentes matières.

Préface du traducteur

Al-Bukhârî fait partie des jawâmi (pl. de jâmi qui signifie encyclopédique), alors que Muslim n’y fait pas partie du fait qu’il ne traite pas de l’exégèse et des lectures du Coran.

    Muslim a, pour son recueil, grandement contribué à la conservation du hadith et sera reconnu au fil du temps comme l’un de grands traditionnistes du monde musulman.

  Nous nous sommes efforcés, dans cette traduction, de veiller aux points suivants :

-         Eviter l’abus de paragraphes qui alourdissent le texte, et en cas de nécessité absolue d’une explication exhaustive, nous avons inséré une note de bas de page.

-         Nous avons omis volontairement de traduire les explications et commentaires se rapportant à des aspects propres à la langue arabe, notamment lorsqu’il s’agit de notions qui n’ont pas de lien direct avec l’objectif du texte et qui ne représentent aucun intérêt pour le lecteur francophone.

-         Les versets du Coran sont traduits, principalement, en référence à la traduction de la Fondation du Roi Fahd et occasionnellement à celle de D. Masson.

-         Garder les termes arabes propres aux sciences du hadith tels quels en les transcrivant en lettre latines sur la base du système de transcription phonétique ci-joint.

-         Eviter la littéralité qui restreint le sens autant que la grande liberté qui le transforme et le dénature.

-         Nous avons évité les explications répétitives du commentateur.

-         Nous avons omis volontairement la critique surabondante des transmetteurs du hadith et leurs biographies, dans le commentaire, quand cela n’a pas d’incidence sur l’évaluation de la fiabilité du hadith.

Ces traductions du texte intégral du Sahîh Muslim et de commentaire judicieux par al-Nawawî, est accompagnée par des notes du traducteur qui comblent les lacunes pouvant se présenter au lecteur non initié à cette branche des sciences islamiques.

Extrait du livre 

"Livre de foi : Ch19 : Incitation à traiter généreusement voisin et hôte…

                                                            Chapitre 19

Incitation à traiter généreusement voisin et hôte et à garder le silence à moins de dire du bien, tout cela étant partie intégrante de la foi

74. (47° D’après Abu Hurayra, le Messager de Dieu (paix et salut sur lui) dit : « Qui croit en Dieu et au jour dernier doit dire du bien ou se taire. Qui croit en Dieu et au jour Dernier doit être généreux envers son voisin et qui croit en Dieu et au jour Dernier doit faire preuve d’hospitalité envers son hôte. »

75. (…) d’après Abu Hurayra, le Messager de Dieu (paix et salut sur lui) dit : « Qui croit en Dieu et au jour Dernier ne doit point léser son voisin. Qui croit en Dieu et au jour Dernier doit être hospitalier envers son hôte. Enfin, qui croit en Dieu et au jour Dernier doit ou dire du bien ou se taire »

76. (…) d’après Abu Hurayra, le Messager de Dieu (paix et salut sur lui) dit : de même que dans le hadith précédent, avec la différence dans cette version qu’il dit : « …doit traiter convenablement son voisin ».

77. (48) D’après Abu Surayh al-uzâ’î le Prophète (paix et salut sur lui) dit « Qui croit en Dieu et au jour Dernier qu’il traite convenablement son voisin. Qui croit en Dieu et au jour Dernier doit se montrer hospitalier envers son hôte. Qui croit en Dieu et au jour Dernier doit dire du bien sinon se taire. »

                                                       Chapitre 19

Incitation à traiter généreusement voisin et hôte et à garder le silence à moins de dire du bien, tout cela étant partie intégrante de la foi (nawawi)

Le Cadi Iyâd (Que Dieu le couvre de Sa miséricorde) dit : Le hadith signifie qu’observer les préceptes de l’islam implique l’obligation de bien traiter le voisin et l’hôte. Il vise ainsi à établir et à mettre en évidence le devoir envers le voisin comme il incite à remplir ce devoir. Faut-il rappeler que Dieu (Exalté soit-Il) a recommandé dans le saint Coran de bien traiter le voisin. De son côté, le Prophète (paix et salut sur lui) dit : « L’Archange Gabriel me recommanda de bien traiter le voisin avec une insistance telle que je crus qu’il allait l’établir comme héritier. » l’hospitalité est, en fait, l’une des règles éthiques en islam comme elle est une qualité caractéristique des prophètes et des pieux. Al-Layt considère l’hospitalité d’une nuit comme obligatoire envers l’hôte en s’appuyant, en guise d’argument, sur le hadith disant : « l’hospitalité d’une nuit est une obligation qui incombe à tout musulman envers son hôte ». Il se fonde également sur hadith rapporté par Uqba et stipulant : « Quand vous arrivez chez un peuple, et qu’ils vous donnent droit à l’hospitalité, acceptez. Et s’ils ne le font pas, réclamer l’hospitalité dont ils sont capables. » L’ensemble des juristes considèrent l’hospitalité comme noble vertu et s’appuient sur le hadit disant : « La libéralité à accorder à l’hôte est l’hospitalité d’un jour et d’une nuit. » Cette libéralité consiste à le recevoir et l’héberger et à l’entretenir pendant ce séjour. Cette hospitalité, selon les juristes, doit être un acte volontaire. La recommandation du Prophète (paix et salut sur lui) de traiter l’hôte avec générosité confirme qu’il s’agit d’un acte volontaire et de plein gré."

Avis

No customer comments for the moment.

Donnez votre avis

Sahih Muslim 10 tomes avec le Commentaire de l'imam An Nawawi Arabe/Français - DKI

Sahih Muslim 10 tomes avec le Commentaire de l'imam An Nawawi Arabe/Français - DKI

Donnez votre avis

30 other products in the same category:

Librairie

Promotions