LE COMMERCE ET LES TRANSACTIONS USURAIRES-Salih AL-FAWZAN - Edition Assia

Nouveau produit

La différence dans la législation islamique, entre le commerce & les transactions usuaires par Shaykh Saleh Ibn Fawzan Al Fawzan

Auteur(s) :

Salih AL-FAWZAN

Editeur(s) :

Assia

Année :2004
Pages :144
ISBN :2-914949-45-6
Dimensions :14x20

6,00 € tax incl.

2 Articles

Plus d'infos

ALLAH a prescrit à Ses serviteurs d’œuvrer en vue d'acquérir leur subsistance et à cette fin, il leur a rendu licite l'acquisition des biens utiles à la satisfaction de leurs intérêts, à la stabilité de leurs sociétés, à la croissance de leurs économies, bref de tout ce qui est susceptible de leur assurer le bien dans la vie présente et dans l'au delà. Il leur a interdit en revanche les gains malhonnêtes, et les transactions illicites qui corrompent les mœurs de l'individu, anéantissent la structure de la société et affectent à terme l'économie.

Parmi les transactions autorisées et encouragées par ALLAH, le commerce occupe la première place, tandis que l'usure est l'une de celles qu'Il réprouve le plus sévèrement.

Que la paix et la bénédiction d'ALLAH soient sur notre prophète Mouhammad.

Extrait du livre :

 "Or, nous sommes en présence d'un Dieu miséricordieux qui légifère avec sagesse pour Ses serviteurs, et édicte des lois qui leur enseignent la compassion et la sympathie mutuelles, afin que chacun d'eux soit un soutien pour son prochain, surtout en cas de besoin. C'est pour cette raison qu'Il leur a interdit l'intérêt usuraire qui consiste à exploiter la détresse de leurs frères, et a permis le commerce où l'on peut tirer du profit, sans que cela tourne à l'exploitation du pauvre par le riche. C'est là un premier aspect de la différence entre l'intérêt usuraire et le commerce qui nous explique la fausseté de l'analogie.

Il y a un autre aspect de la question qui consiste à dire que Allah -l'Exalté- a institué la transaction licite entre les hommes comme moyen de subsistance, afin que le profit naisse de l'échange et du travail, et ne soit pas un privilège obtenu sans effort aux dépens d'autrui. De ce fait, Allah a rendu le commerce licite parce qu'il établit un système de contrepartie et compensation, et il a interdit l'intérêt usuraire parce que c'est un gain obtenu sans contrepartie.

On voit bien que l'analogie des mécréants est fausse car le commerce comporte des avantages mutuels qui le rendent licites, tandis que l'intérêt usuraire comporte des préjudices qui rendent nécessaires son interdiction. En effet, on remarque dans le cadre du commerce que l'acheteur jouit toujours de la marchandise qu'il a acquise d'une manière concrète : celui qui achète du blé par exemple, ne l'achète que pour le consommer, pour le semer ou pour le revendre et dans tous ces cas de figure, il en tire concrètement un avantage."