Tafsir Ibn Kathir

L’exégèse d’Ibn Kathîr a un certain nombre de caractéristiques, dont les suivantes :

Il suit la voie générale tracée par les gens de la Sunna et du consensus en matière d’exégèse, à savoir expliquer le Coran par le Coran et par la Sunna du Messager de Dieu (saw), puis par les propos des Compagnons et ceux des Successeurs, et enfin expliquer le C...

L’exégèse d’Ibn Kathîr a un certain nombre de caractéristiques, dont les suivantes :

Il suit la voie générale tracée par les gens de la Sunna et du consensus en matière d’exégèse, à savoir expliquer le Coran par le Coran et par la Sunna du Messager de Dieu (saw), puis par les propos des Compagnons et ceux des Successeurs, et enfin expliquer le Coran à la lumière de ce que la langue arabe admet et comporte en terme de significations. Or, il s’agit là d’une méthode heureuse et louable. Al-‘Adawî à qui l’on doit le Sahîh du Tafsîr d’Ibn Kathîr, s’emploie à dépouiller le texte original du Tafsîr d’Ibn Kathîr des redites et des longueurs, et épargne au lecteur les discussions, les palabres, les chaînes de transmetteurs, les développements annexes et les cheminements interminables inhérents à toute démonstration. Il l’affranchit également de toutes les interprétations s’appuyant sur des références judéo-chrétiennes. L’auteur évite ainsi aux lecteurs non spécialistes la lassitude que provoquent la lecture et l’examen des questions très détaillées qu’il comprend.

IBN KATHIR

L'historien et savant Ibn Kathir est originaire du village de Madjdel , dans la région de Boçra en Syrie . Son père , Chihab Eddine Abou Hafs Omar Ibn Kathir , était  originaire de Boçra. Cet illustre savant est né en l’an 700 de l’Hégire , d’autres sources avancent la date de 701 de l’Hégire. Lui-même , a avancé cette date dans son livre « Al Bidayah wa Nihaya », sans précise le mois, ni le jour. Après la mort de son père , il  partit s’installer avec sa famille , à Damas , alors qu’il n’était âgé que de trois ou quatre ans. Il a rapporté lui-même qu’après la mort de son père , sa famille s’était installé à Damas, en compagnie de Kamal Eddine Abdelouhab qui fut pour lui comme un frère fidèle et compagnon dévoué , selon ses propres propos. C’est sous la bienveillante direction de Kamal Eddine Abdelouhab , d’ailleurs qu’il apprit les premiers rudiments de la science. Il habita à Damas , dans le quartier du Darb Sou’oud. Il appartenait à l’école chaféite en ce qui concerne la jurisprudence ( fiqh) , avec une certaine influence de son maître Ibn Taymiyya sur ses opinions en matière de jurisprudence.

A cette époque-là, Damas était la capitale de la science et des savants. Elle regorgeait d’écoles et de cercles de scientifiques. Elle était aussi une forteresse solide parmi les forteresse du djihad dans la voie d’Allah, surtout à l’époque cruciale qui vit les croisés et les Tatars envahir le vaste monde musulman , tuant , pillant , saccageant et détruisant tout sur leur passage. Devant cet état de fait, les savants furent à l’avant-garde de la résistance et du djihad , e, incitant les gens à combattre, comme l’a fait El-Izz Ibn Abdessalem ( mort en 660 H) , Ennawaoui  ( mort en 676 H ) ou Ibn Taymiyya ( mort en 728 H) . Au demeurant , le livre d’Ibn Kathir «  l’effort dans la recherche du djihad » se situe dans cette optique.

Ibn Katir s’est établi donc à Damas pour recevoir la science et apprendre le hadith des maîtres , puis pour enseigner , délivrer des avis religieux ( fatwas) , et éditer des ouvrages, jusqu’à sa mort en 774 de l’Hégire ( qu’Allah lui fasse miséricorde).

A la fin de sa vie , il fut atteint de cécité , ce qui l’empêcha de poursuivre ses activités intellectuelles. Sa mort eut lieu le 26 du mois de Cha’ban de l’an 774 de l’Hégire. La ville de Damas lui réserva des funérailles imposantes , et il fut enterré , selon ses dernières volontés, à coté de son maitre Ibn Taymiyya , dans le cimetière hors de Damas.

 

Ses maitres

Ibn Kathir a eu l’honneur d’être le disciple des plus grands maîtres de son temps , que ce soit dans le hadith , dans le fiqh , l’exégèse , les sciences du Coran ou l’histoire. Parmi ses maîtres , citons El Hafiz Abi El-Haddjaj Youcef El Mazi ( mort en 742 H), l’auteur de l’ouvrage de biographies « Tahdhib El Kamal ». Ibn Kathir était le gendre d’El Mazi, puisqu’il avait épousé sa fille Zeineb ; El Qassim Ibn Mohammed El Barzali, l’historien de Syrie , (mort en 729 H). C’est auprès de lui que Ibn Kathir avait appris les disciplines de l’histoire et qu’il s’en était inspiré pour écrire son monumental  «  El Bidaya wa Ennihaya » . Il y eut aussi Ibrahim Ibn Abderrahmane El Fezzari ( mort en 729 H) . Il étudia auprès de lui le Sahih de Mouslim et autres ouvrages que le fiqh dans l’école shaféite. Ily eut également Essahib Azzedine Abou Ya’la Ibn El Qalanisi ( mort en 729 H). Il étudia auprès de lui les sciences du Hadith . Citons encore Ishaq Ibn Yahia Ibn Ishaq El Amadi ( mort en 725 H) , le maître de Dar Al Hadith Eddahiriyyah et Abdelouahab Ibn Dhouaib El Assadi ( mort en 726H). Ce dernier était une autorité en matière de fiqh et grammaire. Ibn Kathir a appris auprès de lui le Moukhtassar d’Ibn Al Hadjeb dans le oussouls. Il eut aussi Mohammed Ibn Charaf Eddine Ibn Hocine El Ba’labaqi El Hanbali ( mort en 730 H). Ibn kathir a appris sous sa direction le Coran dans sa totalité en 711. Il y eut aussi Abdallah Ibn Mohammed Ibn Youcef El Maqdissi (mort en  737 H). Il fut son maitre dans le hadith. Citons également l’illustre Taqi Eddine Ahmed Ibn Taymiyya El Harrani El Hanbali ( mort en 728 H) . Parmi les maitres qui ont le plus influencé Ibn Katgir. Il fut l’objet de tracasseries à cause de son attachement aux opinions d’Ibn Taymiyya , notamment concernant le divorce. Ibn Hadjar Al Asqalani a dit : «  il ( Ibn Kathir) se mit à l’école d’Ibn Taymiyya et s’attacha à lui. Il fut éprouvé à cause de lui » .

Ibn Kathir a écrit sur son maitre dans son livre Al Bidayah Wa Annihaya en parlant de ses positions  et de ses opinions qui lui valurent la prison et en rapportant les circonstances de sa mort dans la forteresse de Damas ainsi que ses grandioses  funérailles. Il parla aussi de sa lutte contre les ennemis de l’Islam. Il parla également de la jalousie que lui exprimaient ses adversaires pour cela ainsi que de ses opinions vis-à-vis d’Ibn Arabi et de ses disciples.

Il reste qu’en dépit de cela , Ibn Kathir appartenait à l’école de jurisprudence chaféite , contrairement à son illustre maitre.

Notre illustre savant s’est mis aussi à l’école d’autres savants que ceux-ci. C’est ainsi qu’il a appris le calcul auprès d’El Hadhiri, de même qu’il fut l’élève du cheikh Nedjm Eddine Moussa Ibn Ali El Djili , le maitre de la grammaire en son temps.

Parmi ces savants, on trouve ainsi El Hafedh Chems Eddine Eddahabi ( mort en 748 H). En outre , certains savants lui ont permis ( Idjaza) d’enseigner leurs ouvrages. Il en est ainsi des savants d’Egypte , comme Abou Moussa El Qarafi et Abou El Feth Eddabbousi.

Ses œuvres

Ibn Kathir a composé de nombreux ouvrages traitant de différents sujets. La plupart de ces ouvrages ont trait à l’exégèse sur la base de hadith et des faits historiques, au hadith et à la sira ( biographie du Prophète), aux vertus prophétiques et aux signes de la prophétie, aux sciences du hadith et à leur commentaire.

Voici ses ouvrages :

  1.        L’exégèse  (Tafsir) du Saint Coran : c’est un livre qui s’appuie, dans son exégèse du Coran, sur les hadiths , sur les récits et les traditions reçus et transmis. Cet ouvrage a connu une grande diffusion parmi les gens de sciences et les communs du peuple pour sa simplicité et sa facilité de compréhension pour le lecteur contemporain.
  2.         « El Bidaya wa Nihaya » : c’est un livre qui a trait à l’histoire du monde en général et à celle de l’Islam en particulier. Il l’avait édité en cinquante-quatre tomes. Le livre traite de la période historique sui s’étend de la création de l’humanité à l’année 767 de l’Hégire, en passant par les diverses étapes de l’histoire.
  3.        « La fin du début » ou « Les Séditions et les épopées »
  4.        « Al Foussoul Fi Ikhtissar Sirat Errassoul » il s’agit d’un résumé du livre « El Bidaya wa Nihaya» comprenant la biographie, les vertus et les expéditions du Prophètes.
  5.        « L’effort dans la recherche du djihad » il s’agit d’un épitre qu’il avait écrit à l’émir Mandjak, lorsque les Francs assiégèrent la forteresse d’Iyyas.
  6.        « Moukhtasa Ouloum Alhadith » plus connu sous le titre de « El Bahith Al Hathith ila Ma’rifat Ouloum Al Hadith » . Il a résumé dans ce livre , comme l’a rapporté Ibn Hajra dans « les perles cachées », le livre d’Ibn Essalah.
  7.        « Les hadiths sur l’unicité et le démenti de l’associationnisme ».

 

En plus de cela, notre auteur a laissé des dizaines de livres qui sont encore à l’état de manuscrits.

Plus
Affichage de 1 - 5 of 5 articles