Islam Conflits d'Opinions, pour une éthique du désaccord - Taha Jabir al Awani - Editions Al Qalam agrandir

Islam Conflits d'Opinions, pour une éthique du désaccord - Taha Jabir al Awani - Editions Al Qalam

Nouveau produit

14,00 € tax incl.

2 Articles

Plus d'infos

Islam Conflits d'Opinions, pour une éthique du désaccord écrit par Taha Jabir al Awani paru aux Editions Al Qalam

Extrait du livre :

" Le désaccord porte en lui la flamme de la vitalité lorsqu’il est utilisé à bon escient et respecte les règles propres à l’éthique dans la présentation et de la défense d’une opinion.

Au cours de l’histoire musulmane, cet art de la polémique a animé le cœur des plus grands savants. Pour élaborer la loi dans ses plus petits détails, ils ont tiré du Coran et de la Sunna des principes généraux et les ont appliqués à la vie réelle et aux besoins perpétuellement renouvelables de la société. Le désaccord entre juristes, géré de façon constructive, était alors un fertilisant de la pensée musulmane. Il était un stimulateur essentiel au développement de la oumma musulmane dans tous les domaines.

Aujourd’hui, alors que l’effort d’interprétation personnel (ijtihâd) s’est évanoui et que l’imitation aveugle (taqlîd) s’est imposée, le terme « désaccord » est devenu synonyme de dissension sévère et de conflit insurmontable. C’est un virus qui a attaqué la pensée, la foi, les goûts, les comportements, les attitudes, le mode de vie, les rapports, les modes d’expression, l’espoir et tous les objectifs à court terme et à long terme.

Ce livre se veut une contribution à la prise de conscience de traiter le mal à ses racines et de ressusciter, chez les Musulmans, cette éthique dans leurs rapports et le traitement de leurs désaccords.

L’auteur s’appuie sur de nombreux exemples issus de l’histoire de l’Islam et montre que les croyants de la première heure eurent souvent des opinions différentes mais que jamais celles-ci ne les divisèrent. Les sentiments et les idéaux qui les liaient étaient bien au-dessus de toute division.

Selon l’auteur, la seule solution pour sortir l’esprit musulman de la crise intellectuelle et morale où il est plongé consiste à soigner les racines du mal, à réformer les modes de pensée, à rétablir l’ordre perdu des priorités. Pour ce faire, il préconise un retour aux sources.

Il espère alors que les Musulmans sauront faire de leurs différences d’opinion, traitées dans les règles de l’art, un phénomène salutaire à même d’enrichir l’esprit musulman, de le fertiliser, de le doter de la profondeur d’analyse, d’élargir ses perspectives et de permettre aux Musulmans de regarder l’avenir avec espoir.

L’éthique du désaccord et la recherche de la vérité

  On remarque à travers l’exposé que nous venons de faire que le comportement d’aucun des Compagnons – que Dieu soit satisfait d’eux – ne fut jamais motivé par l’égoïsme. Les conflits qui ont produit une telle éthique n’avaient d’autre motif que la quête de la vérité. Au cours de la période qui suivit la mort du Prophète (paix et salut sur lui) et la fin de la révélation, les Compagnons furent guidés par les normes suivantes :

  1.     Ils évitaient le désaccord lorsqu’ils le pouvaient et veillaient autant que possible à ne pas le susciter.
  2.     Lorsque le désaccord était par exemple dû à ce qu’un des Compagnons relatait une sounna que les autres ignoraient, ou qu’ils ne s’entendaient pas sur l’explication d’un texte ou sa lecture, ils ne dépassaient jamais certaines limites et veillaient toujours à faire triompher la vérité et à reconnaître leurs erreurs, sans pour autant se sentir humiliés. Ils vouaient un profond respect à leurs savants, à leurs grands hommes et aux maîtres du fiqh. Ils conservaient toujours leur dignité et ne lésaient jamais les droits de leurs frères. Ils étaient tous d’accord qu’une opinion devait être partagée. Chacun savait que la vérité pouvait être de son côté ou du côté de l’autre partie et rien ne l’empêchait de l’accepter, d’où qu’elle vienne.
  3.     Cette fraternité qui les unissait dans l’Islam est l’un des principes fondamentaux sans lesquels l’Islam n’aurait pu être. Elle était au-dessus de tout désaccord en matière de jurisprudence.
  4.     Le désaccord ne touchait jamais les principes de la foi et les conflits ne concernaient que les questions secondaires.
  5.     Avant le califat (khilâfa) de ‘Othmân ibn ‘Affân – que Dieu soit satisfait de lui, les Compagnons – que Dieu soit satisfait d’eux – vivaient surtout à Médine et rares sont ceux qui s’étaient installés à la Mecque. Ils ne se déplaçaient que pour le jihâd ou pour quelque motif semblable. A leur retour, ils pouvaient donc facilement se réunir et parvenaient à se mettre d’accord sur beaucoup de sujets."

Avis

No customer comments for the moment.

Donnez votre avis

Islam Conflits d'Opinions, pour une éthique du désaccord - Taha Jabir al Awani - Editions Al Qalam

Islam Conflits d'Opinions, pour une éthique du désaccord - Taha Jabir al Awani - Editions Al Qalam

Donnez votre avis

30 other products in the same category:

Librairie